A Mardi Gras, chañchomp mod !

A l’occasion de Mardi Gras, on a fait une petite chronique qui a été diffusée lundi sur les radio bretonnes !

La chronique est en breton, mais comme on est sympa, voilà le script en français :

La ritournelle que vous venez d’entendre a été collectée par J.M. et Hélène Guilcher dans les années 50 en Cornouaille. À cette époque, dans la société traditionnelle, les garçons invitaient les filles à danser. Cependant, à l’Est du Tregor et dans le Goëlo, le lundi avant Mardi Gras, les filles obtenaient le droit d’inviter les garçons à danser.

Encore mieux, en Cornouaille, ce droit leur était donné tout au long de l’année ! Une ou deux fois pendant chaque occasion de danse avait lieu l’abadenn merc’hed (le moment des femmes). On chantait cette rimadell ou on annonçait l’abadenn merc’hed en criant :

Et maintenant, changeons de mode,
La fille cherche le garçon

Et maintenant, changeons de mode,
Les robes devant

Cette ritournelle c’est une façon de renverser un code sociale de genre dans la danse et ça laisse penser que les porteureuses de cette tradition avait non seulement conscience des codes de genre, mais en plus souhaitaient les renverser. Au moins celui là à certaines occasions.  Et que c’était un désir partagé et admis dans la société traditionnel (dans le sens acceptable, pas immorale).

Ce ne sont peut-être que des suppositions de notre part ou des ré-interprétation, mais ça nous (As queer as folk) a conforter dans l’idée qu’on ne gâchait pas les arts et traditions populaires vouloir renverser les codes de genres dans la danse de fest noz.

Que ce soit le renversement des hommes qui invitent les femmes et qu’ils guident, comme dans cette pratique, ou bien, du renversement du faut qu’il faut forcément danser un homme avec une femme, plutôt que deux femmes entre elles, deux hommes entre eux, ou danser en dehors des rôles de genre quand on est une personne non-binaire. C’est ce qu’on porte dans nos ateliers et dans nos bals.

Du coup on a eu envie d’écrire une ritournelle qui invite à dégenrer la danse.

L’idée c’est pas de forcer qui que ce soit mais d’encourager à renverser les codes de genre.

Vous me direz, y’a pas besoin de ça pour danser entre hommes ou entre femmes dans les fest-noz, et c’est vrai, on a pas attendu cette ritournelle pour le faire ! =)

Mais y inviter explicitement ça permet de légitimer de danser dégenrer, de pas en faire une chose exceptionnelle ou réserver aux personnes queer, tout en exprimant que dans cet espace de  danse les personnes gays, lesbiennes bi, mais aussi les personnes trans, non binaires, intersexes, sont les bienvenues à danser comme elles veulent.

Peut-être aussi qu’en entendant ça, les gens y réfléchirons à deux fois avant de séparer deux personnes du même genre dans la danse etc.

C’est comme le coming out (sortir du placard). Quand les personnes queer font leur coming out, elles sortent du silence, elle contredise le non-dit selon lequel tout le monde serait hétérosexuel, cisgenre, dyadique, et ça fait que c’est un peu plus facile pour les autres d’exister dans leur différence, de sortir du silence, c’est un cercle vertueux.

Dans cette ritournelle on voulait dire aux gars d’aller danser avec d’autres gars, et aux filles d’aller danser avec d’autres filles, mais on voulait pas pour autant invisibiliser d’autres vécus queer, en dehors de la binarité des genres et des sexes. Pour parler d’elleux, on a choisi le mot direizh, en français déréglé (sans règles), parce qu’ils dérèglent les normes de genre, et pour faire un clin d’oeil à nos camarades ô combien estimées de Fest-noz Direizh.

Et maintenant, changeons de mode, é ron ton ton petit bonhomme
Les filles dansent sans garçon, é ron ton ton petit bonhomme

Pour les pauvres garçons, é ron ton ton petit bonhomme
On trouvera un autre garçon, é ron ton ton petit bonhomme

Et pour les direizh, é ron ton ton petit bonhomme
Invitez qui vous aimez, é ron ton ton petit bonhomme

Si ces ritournelles et la danse dégenrée vous parles, n’hésitez pas à  les reprendre, à les utiliser, à les propager, et à en faire vos propres version !

Leave a Reply Text

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils